Bien choisir son poisson

  • Mangez plus sain en évitant les espèces contaminées
  • Refusez de participer à la disparition d’espèces entières

Pour votre santé

Les autorités sanitaires (OMS, ANSES) recommandent de consommer du poisson deux fois par semaine notamment pour leur teneur en Oméga-3.
Mais certaines espèces contiennent également des polluants dangereux pour la santé comme le mercure. D’où l’intérêt de bien choisir son poisson!

Pour l’environnement

Certaines espèces sont sur-exploitées et risquent de disparaître prochainement si l’on ne laisse pas le temps aux stocks de se reconstituer.

En privilégiant le bas de la chaîne alimentaire

Du fait de la bioaccumulation (concentration de polluants dans un organisme), plus on monte dans la chaîne alimentaire (prédateurs), plus l’on est susceptible de trouver des polluants comme le mercure. A titre de comparaison, les espadons concentrent plus de 76 fois plus de mercure que les sardines (qui se nourrissent de plancton), ont 2 fois moins d’oméga-3 et coûtent pourtant beaucoup plus cher.

Comparatif teneur en Oméga-3 / teneur en Mercure / Prix au kg

Choix des espèces

En croisant 3 critères (concentration en mercure, en oméga-3 et dangers qui règnent sur l’espèce), voici une sélection :

A privilégier : A éviter :
Hareng - 0.084ppm de mercure Hareng

Hareng – 0.084ppm de mercure
Espadon

Espadon – 0.995ppm de mercure
Sardine

Sardine – 0.013ppm de mercure
Thon

Thon – entre 0.144 et 0.689ppm de mercure
Tilapia

Tilapia – 0.013ppm de mercure
Flétan

Flétan – 0.241ppm de mercure
Truite

Truite 0.071ppm de mercure
Empereur
Maquereau

Maquereau 0.05ppm de mercure

Passer votre souris sur les images et les noms pour les saisons et les teneurs en mercure

Enfin, préférez les poissons labellisés « MSC » qui valorise la pêche durable

Pour aller plus loin

Dossier complet de ConsoGlobe
Site de la FDA : Taux de mercure dans les poissons (en anglais)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *