Faire sa part, en commençant par son relevé de compte

On ne le répétera jamais assez : chaque achat est un vote!

L’argent occupe une place prépondérante dans nos sociétés, soit, alors dépensons-le consciencieusement.

Pas question ici de tomber dans le fatalisme et de se dire que l’on ne changera rien à son échelle. Je choisi de faire ma part, pour être en accord avec moi-même.

 En lisant son relevé de compte

Pas forcément chaque mois. Deux ou trois fois par an suffises.

On regarde chaque dépense et on se pose la question de savoir ce que l’on encourage avec cet argent. Est-ce compatible avec un monde vivable et durable? Est-ce que ça contribue à orienter le monde dans la bonne direction ou au contraire est-ce une dépense de « l’ancien monde »?

Alors cet exercice, je l’ai fait il y a quelques années et je vous en livre ici un résumé.

J’ai catégorisé mes dépenses en mettant un code couleur :

  • Rouge : à modifier, cette dépense ne va pas dans le bon sens
  • Jaune : neutre, cette dépense n’est ni bonne ni mauvaise ou ne peut pas facilement être modifiée
  • Vert : cette dépense va dans le bon sens

Enfin, il ne faut pas oublier que la dépense qui aura le moins d’impact sera celle que l’on ne fera pas!

 

Voilà ce que ça donne :

Au final, je n’ai fait aucun changement pour 3 catégories :

  • Loyer
  • Impôts
  • Mobile/Internet

Pour 3 autres catégories, j’ai réussi à passer de dépenses que je qualifiais de « mauvaise » à « bonne » :

  • Les courses : J’ai fuis les supermarchés, usines à plastique qui arnaquent les fournisseurs, et achète désormais un maximum sur le marché à un petit producteur
  • L’électricité : La transition la plus simple, un changement de fournisseur vers le seul qui garantisse une nouvelle production en énergie renouvelable (et non pas de simples « certificats »), Enercoop
  • Le gaz : Le seul fournisseur que j’ai trouvé qui propose du Biogaz, ekWateur

Reste, 2 catégories « rouge » qui sont toujours là mais pour lesquelles j’ai réduis mes dépenses de moitié :

  • Clakage : dépenses que je ne juge pas indispensables. Je me suis posé des questions à chaque achat : « En ai-je vraiment besoin? », « Pourrai-je le louer ou l’emprunter à la place? », etc.
  • Vêtements : J’ai appliqué la règle dans mes armoires : « un qui rentre, un qui sort »

Au final, j’ai réussi à réorienter une partie de mes dépenses et :

  • Je mange mieux : plus de légumes, de produits frais et de saison
  • Je soutiens les énergies renouvelables et non plus le nucléaire, risqué et polluant
  • Je dépenses légèrement moins ; la réduction de certains achats venant compenser les hausses des courses

Aller, à vous de jouer! Téléchargez votre relevé de compte et passez-le au crible!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *